Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Benoît XVI et les vocations

Durant son premier voyage apostolique en France, du 12 au 15 septembre 2008, à l’occasion du 150e anniversaire des apparitions de Lourdes, le pape Benoît XVI a régulièrement appelé aux vocations.

« N'ayez pas peur ! N'ayez pas peur de donner votre vie au Christ !… »

Par François Triquet

Séminariste du diocèse de Cambrai

 

Durant son premier voyage apostolique en France, du 12 au 15 septembre 2008, à l’occasion du 150e anniversaire des apparitions de Lourdes, le pape Benoît XVI a régulièrement appelé aux vocations.

Que ce soit à Paris le 12 et 13 septembre ou à Lourdes les 13, 14 et 15 septembre, le Saint-Père, dans une très grande majorité de ses discours et homélies, a rappelé l’importance des vocations au sacerdoce ou à la vie consacrée.

A ce sujet, je vais essayer dans cet article de reprendre des extraits de ses allocutions .

            Lors de son discours aux jeunes, sur le parvis de Notre-Dame de Paris, le 12 septembre, le Saint-Père a parlé de deux trésors.

Le premier trésor : l’Esprit qui fait de nous des témoins : « Vous allez recevoir une force, celle du Saint-Esprit qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins » (Ac 1, 8).  En nous confiant l’Esprit, il nous a invités à annoncer le Christ là où nous sommes : « à vos familles et à vos amis, sur vos lieux d'études, de travail ou de loisirs », disant qu’il est urgent d’annoncer le Christ autour de nous, et reprenant cette expression du pape Jean Paul II : « N'ayez pas peur ! » Oui, n’ayons pas peur d’annoncer celui qui nous fait vivre, par nos témoignage, notre attitude, notre comportement, par notre vie… Le Saint-Père nous l’a dit : « L'Église vous fait confiance, je tiens à vous le dire ! » Alors fonçons…

Le second trésor que le Saint-Père nous confie : le mystère de la croix : « C'est le symbole précieux de notre foi, le signe visible et matériel du ralliement au Christ. » Il nous dit encore que la croix montre la grandeur de l’Amour de Dieu qui a donné son Fils, mort et ressuscité « pour la vie du monde, pour la vie de chacun et de chacune d'entre vous en particulier. » Puissions nous voir en cette Croix un signe d’Espérance pour les personnes souffrantes. Le Saint-Père, à la suite de Paul, nous invite à voir en la Croix, « la loi fondamentale de l’amour et (…) la formulation parfaite de la vraie vie. » Le don totale de Sa vie (Mc 8,35 ; Jn 12,24).

Et le Saint Père conclut : « Puisse l'approfondissement du mystère de la Croix faire découvrir à certains d'entre vous l'appel à servir le Christ de manière plus totale dans la vie sacerdotale ou religieuse ! »

Le Saint-Père fait le constat en cette soirée que « l’Église est vivante… » ; il nous redit la confiance qu’il a envers les jeunes : « je vous fais confiance, chers jeunes, et je voudrais que vous éprouviez aujourd'hui et demain l'estime et l'affection de l'Église ! »

            Le lendemain, dans son homélie, lors de la messe célébrée sur l’esplanade des invalides, le Saint-Père demande aux chrétiens : « qui peut élever la coupe du salut et invoquer le nom du Seigneur au nom du peuple de Dieu tout entier, sinon le prêtre ordonné dans ce but par l'Évêque ? » Il lance donc un appel « confiant en la foi et en la générosité des jeunes qui se posent la question de la vocation religieuse ou sacerdotale », il nous invites à ne pas avoir peur de tout donner pour le Christ : « n'ayez pas peur ! N'ayez pas peur de donner votre vie au Christ ! Rien ne remplacera jamais le ministère des prêtres au cœur de l'Église ! Rien ne remplacera jamais une Messe pour le Salut du monde ! » Le Christ appelle sans cesse, il n’est pas toujours facile de répondre, mais : « Chers jeunes ou moins jeunes qui m'écoutez, ne laissez pas l'appel du Christ sans réponse. »

A Lourdes, le dimanche 14 septembre, au cours de la messe de la fête de l’exaltation de la Sainte Croix, dans son homélie, le Saint-Père présente aux jeunes la figure de Marie lors de l’Annonciation. Il nous invite à suivre son exemple, le Seigneur appelle chacun de nous à une vocation particulière : « chers jeunes, n'ayez pas peur de dire oui aux appels du Seigneur, lorsque il vous invite à marcher à sa suite. Répondez généreusement au Seigneur ! Lui seul peut combler les aspirations les plus profondes de votre cœur. » Le Saint-Père demande à la Vierge Marie de guider chacune de ces vocations : « Que Marie aide ceux qui sont appelés au mariage à découvrir la beauté d'un amour véritable et profond, vécu comme don réciproque et fidèle ! À ceux, parmi vous, que le Seigneur appelle à sa suite dans la vocation sacerdotale ou religieuse, je voudrais redire tout le bonheur qu'il y a à donner totalement sa vie pour le service de Dieu et des hommes. » Le Saint-Père invite les familles et les communautés chrétiennes à être « des lieux où puissent naître et s'épanouir de solides vocations au service de l'Église et du monde ! »

L’après-midi, lors de sa rencontre avec les Evêques de France, le Saint-Père rend grâce pour celles et ceux « qui n'ont pas peur, tel le Christ, d'inviter jeunes ou moins jeunes à se mettre au service du Maître qui est là et qui appelle » (cf. Jn 11, 28).  Le Saint-Père rend grâce pour toutes les familles et lieux ecclésiaux qui sont : « la bonne terre qui donne le bon fruit (cf. Mt 13, 8) des vocations. » Il rend grâce aussi pour toutes celles et ceux « qui durant des décennies ont fait monter vers Dieu leurs supplications pour accomplir le commandement de Jésus : « Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » (Mt 9, 38). » Il invite enfin nos évêques à continuer à appeler au sacerdoce et à la vie religieuse, « tout comme Pierre a lancé ses filets sur l'ordre du Maître, alors qu'il avait passé la nuit à pêcher sans rien prendre (cf. Lc 5, 5). »

 

Puisse l’appel du Seigneur à travers les paroles de celui qu’Il a placé sur le siège de Pierre pour guider l’Eglise résonner dans le cœur des jeunes pour qu’ils puissent en toute confiance, à l’exemple de Marie, répondre : « qu’il me soit fait selon Ta parole. »

« N'ayez pas peur de dire oui aux appels du Seigneur » (…) « n'ayez pas peur ! N'ayez pas peur de donner votre vie au Christ ! Rien ne remplacera jamais le ministère des prêtres au cœur de l'Église ! Rien ne remplacera jamais une Messe pour le Salut du monde ! »

 

 

Article publié par Père François Triquet • Publié Mercredi 03 décembre 2008 - 16h59 • 1727 visites

Haut de page