Edito de mgr DOLLMANN

En affirmant «  Je suis le bon pasteur » (Jn 10), Jésus se révèle comme le Messie promis,

Mgr Dollmann 2 Mgr Dollmann 2      EDITO EDITO  

Chers amis, chères amies,

    En affirmant «  Je suis le bon pasteur » (Jn 10), Jésus se révèle comme le Messie promis, bien plus comme le Seigneur qui vient guider lui-même son Peuple. Ce dernier avait fait l’expérience de tant de rois et prophètes qui ne cherchaient que leur intérêt et leur profit et qui correspondaient plutôt à ces mercenaires dont parle Jésus. Ainsi ce peuple s’était tourné vers Dieu et attendait sa manifestation. On peut deviner la joie de ceux qui attendaient l’intervention divine quand Jésus déclare, « Je suis le bon pasteur ».

     « Je suis », c’est le nom que Dieu avait révélé à Moïse, nom qui ne pouvait être attribué qu’à Dieu seul. Jésus parle d’un pasteur qui est bon. Il ne désigne pas à priori son caractère doux et humble, mais son origine divine. Seul Dieu est bon dira-t-il au jeune homme riche. Ainsi quand Jésus dit, « je suis le bon pasteur », il faudrait traduire par «véritable ». Jésus s’affirme comme le seul et véritable pasteur. Il l’attestera par le don de lui-même jusqu’à la mort selon ses propres paroles : « Le bon pasteur donne sa vie pour ses brebis » (Jn 10,11). Il s’est fait l’un de nous jusque dans les affres du mal et de la mort pour nous sauver. Lui le pasteur, s’est fait brebis, agneau pour enlever les péchés du monde, comme nous le célébrons dans chaque eucharistie.

     Les prêtres sont les témoins et les signes de cette présence dans le monde. Par le sacrement de l’ordination, toute leur personne est consacrée au Christ pour devenir au sein des communautés chrétiennes, signes de la présence du Christ, bon pasteur qui continue de guider et nourrir son Eglise. Signe du Christ, le prêtre l’est à travers ses activités, de la célébration des sacrements et de l’animation du catéchisme à l’organisation des communautés. Mais il l’est d’abord par son lien au Christ pasteur et par sa vie de prière. A l’ordination, le prêtre s’engage à prier la Liturgie des Heures, le bréviaire, c’est la prière au nom de l’Eglise pour le monde. Il permet à celui-ci de rester en relation avec Dieu et de s’abreuver à la source de vie.

     Devant l’image de Jésus, bon pasteur, n’oublions pas de le remercier pour le prêtre qui nous a baptisé, pour l’aumônier d’école ou de mouvement qui a accompagné notre chemin d’adolescent, pour le prêtre qui a ouvert notre cœur à un engagement ou à une vocation. Dans cette action de grâce, nous prions avec plus de ferveur pour les prêtres, les consacrés et les époux, et pour tous les baptisés. Et nous prierons en vérité pour notre propre vie chrétienne et pour notre réponse à l’appel du Christ, Pasteur de nos vies.

 

Mgr Vincent Dollmann
Archevêque de Cambrai
mai 2019

Article publié par Christine GAMBIER • Publié Mardi 11 juin 2019 • 27 visites

keyboard_arrow_up