Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Slam-Prière et Rapsaume

Au terme d’un week-end, la libre plume d’un lycéen fait jouer les mots de la prière Ce slam vient du site : http://www.vocations94.org/ de Jonathan, un jeune qui donne sa vie au Seigneur par amour pour vous (et pour Lui bien entendu)

rap music illustration Je t’aime Papa

( mon Père du Ciel)

y a que ça à dire en fait…….

 

 

 

 

 

Il y a plus à dire,

Il y a les montagnes

Dont les colliers de poussières ne diminuent en rien l’écho de ma liberté.

Il y a Toi, Ce Luit-qui-est, le Verbe Créateur,

Le Verbe fait chair si cher à mon cœur.

       Il y a cette expérience splendide, sel de Ton Amour.

       Il y a cette impuissance candide au creux de mes jours.

       Il y a cette innocence limpide derrière les vitraux de la douleur

       Il y a cette présence humide : la douceur de Tes Pleurs.

       Il y a mon inconstance aride, un désert mortifère

Surpassé par La Présence fertile,

Celle du Père Annoncée par l’abandon du Fils

Sur sa croix qui tisse les fils de ma vie

Cet Amour que je prends chaque matin : la trame de mon être

La rame de mes trop-pleins de joies conscientes,

Inconscientes et aconscientes

        Il y a mon âme que le corps envoie paître

        Dans les flammes de l’adolescence

        Il y a les peines-insultes de l’enfance

        Et la vie adulte dans toute son oppression

                Mais Toi tu redresses l’opprimé

                Tu m’adresses des seuils de graines

                Non pas pour que je collectionne les feuilles des chaînes

                Mais bien pour que je ramasse les feuilles des êtres,

        Ceux la mêmes qui sont enchaînés à leur nombril,

        Ou à celui de leur mère

        Ces mères qui s’approprient leurs enfants

        Elles ne comprennent pas que c’est comme vouloir

        Emprisonner le vent

        Car le vent de même que l’Esprit souffle là où il le désire

        Selon son bon vouloir      

        Car la volonté est la mère du bien

        Lorsqu’elle prend ses ordres auprès de l’Amour

Et combien sont ceux qui prennent leurs ordres

Auprès de leurs désirs, ô triste vanité

Condition de l’homme restreint

       Moi je ne veux pas rester dans le train des âmes perdues

       Moi je veux rester dans le Trois de l’Un

A la recherche de mes frères et sœurs perdus dans leur quête du Graal Combien finissent sur le grill ?

Chevalier de la Croix adoubé par le doux béatifiant pardon du Seigneur

Il n’y a pas de coexistence possible entre le bien et le mal

       En nous mettant en face du Crucifié

       Du laissé pour notre propre honte

       En face du lépreux agonisant

       En face du Laurent qui nie être malade

       En face d’un Gérard qui veut se suicider

DIEU A TAPE DANS LE MILLE !

        Pourquoi vivre sans lui ? Pourquoi se condamner au malheur ?

        Alors que Son Amour est une promesse

        Une promesse de vie éternelle

        Qui commence à l’instant précis où je dis « oui »

                « Oui » à Son Amour Eternel et Tout-Puissant

                Un amour qui ne connaît pas de fin

                Un amour qui ne connaît aucune limite

        D’autant plus qu’il a faim

        Et qu’il nous invite

        Au festin de la Peauvreté

Faim de nous voir tous et toutes rassasiés

Mon frère, ma sœur, tu as du prix à ses yeux

Il veut t’aimer. Et toi…qu’est-ce que tu veux ?

        Il est tout bonnement impossible de chercher

        Un bonheur durable et de qualité sans Dieu

        N’en déplaise à mon frère défunt Albert Camus

L’Amour de Dieu dépasse toute science

Surpasse toute conscience

    Efface toute faute

        Ramasse tout deuil

            Enlace tout cœur

                Embrasse toute âme

                    Embrase tout corps                        Alors……………Laissons-le agir à Sa Brise….

Article publié par Christine GAMBIER • Publié Samedi 29 janvier 2011 • 1320 visites

Haut de page